Traversée de Lyon, 1er mai 2017.

Cette fois, pas de rendez-vous à l’aube, les yeux embués de sommeil. Les cinq randonneurs de la S.N.H.S, Bernard, Eric, Marie, Pascal et Valérie avaient profité la veille des hôtels et restaurants de Lyon. C’est donc à 8h00 que tout le monde s’est retrouvé au club de l’A.U.N.L (Aviron Union Nautique de Lyon) pour prendre le traditionnel petit-déjeuner, café et viennoiseries. Nous avons eu la bonne surprise de voir que notre yolette avait déjà été montée par l’A.S.U.L-Aviron (Association Sportive Universitaire Lyonnaise), le club qui nous la louait.

Cinquante bateaux étaient engagés cette année.

Deux clubs voisins de l’A.U.N.L avaient mis à disposition leurs pontons;

la mise à l’eau s’est donc faite assez rapidement, sans embouteillage

. Le vent, soutenu la veille, était fort heureusement retombé,

le bassin était calme et engageant

              TravLyon01052017
     
Sur le coup de 10h, les participants s’élancent depuis l’île Barbe en direction de la vieille ville. Les berges de la Saône sont encore boisées et champêtres. Nous atteignons ensuite le pont Schuman, premier des dix-sept ponts et passerelles qui nous attendent. La rive droite de la Saône nous offre maintenant de jolies vues sur le Vieux Lyon, la basilique Notre-Dame de Fourvière, le Palais de Justice, la cathédrale St Jean, l’église St-Georges, ….
 
TravLyon01052017(2)
 
Au sortir du centre ville, c’est maintenant la rive gauche qui assure le spectacle avec de nombreuses architectures aux formes et aux couleurs audacieuses (le bâtiment Euronews, le Cube Orange, le musée des Confluences,…). Nous rejoignons finalement la confluence de la Saône et du Rhône. En ce premier mai, le débit du Rhône semble s’être mis également au repos et nous pouvons le remonter, sans trop de difficultés, jusqu’au pont de l’Université, point de demi-tour de notre randonnée.
Vers midi trente, nous nous retrouvons à nouveau au centre ville. Une pluie fine nous accueille mais nous prenons encore le temps de contempler ce site classé au patrimoine de l’Unesco, en grignotant chacun notre pomme. Il faut encore remonter la Saône jusqu’au club. La fatigue commence à se ressentir mais les rameurs ont trouvé les mots et les gestes pour redynamiser le bateau et c’est finalement assez rapidement que nous retrouvons le ponton de l’A.U.N.L. Un repas, simple mais bon, nous est servi en terrasse, surplombant la rivière. Nous profitons une dernière fois de la vue sur l’île Barbe avant de remonter tranquillement en région parisienne.
retrouvez quelques photos dans la galerie.

Informations supplémentaires