La descente du Lot, de Larnagol à Cahors

Vendredi 22 juin 15h30, après avoir laissé ma voiture garée dans le bas de Saint Michel/Orge, je rejoins les copains sur le parking du Décathlon où une confortable Scénic m’attend. Le co-voiturage me permettra de faire davantage connaissance avec les co-rameurs que je ne fais que croiser le samedi matin ; et oui ça sert aussi à ça les randonnées !

21h, après 5 heures et demi de route nous voici arrivés à Cahors ; le temps de poser les affaires à l’hôtel, de prendre des forces pour la journée de samedi et de faire un peu de tourisme nocturne, la nuit sera brève.

DescenteDuLOT_2012

Samedi 23 juin, petit déjeuner 6h30 et départ pour Vers où un car nous amène à Larnagol.

Dix-sept yolettes identiques nous attendent, déjà montées, ainsi que des croissants bien croustillants, la journée s’annonce sous les meilleurs augures avec un soleil radieux qui ne nous quittera pas du week-end. Tous mes partenaires sont là, Florence en chef d’équipage efficace, Bruno et Eric décidés à secouer les dames de nage et Christophe qui a le sourire mais qui a complètement oublié ses chaussures de sport (ce sera rame pieds nus pendant deux jours !). Bref, nous prenons quelques bouteilles d’eau avec nous, qui ne serviront pas d’écope mais bien à nous hydrater, nous allons en avoir grand besoin.

 

DescenteDuLOT(1)_2012La mise à l’eau se fait sans problème et Flo est notre première barreuse. C’est donc la première à découvrir les pièges que nous réserve le Lot ; au bout de 2 km et demi, premier bief et le bateau nous précédant a bien failli manquer le bras gauche, le courant préférant nous diriger vers le bras droit. Nous forçons tribord (tricovert pour les non-initiés) et nous arrivons à récupérer la bonne direction nous menant à notre première écluse, première d’une longue série. Un petit peu d’appréhension se fait ressentir, les bateaux sont rangés en épis, les pelles parallèles au bateau ou rentrées, il y a donc très peu de stabilité et dès qu’un de nous bouge rien ne va plus. Les organisateurs semblent un peu stressés et ne sont pas toujours d’accord entre eux mais la bonne volonté aura raison de tout ce petit monde et le passage des écluses sera avant tout une occasion de bien rigoler et de s’hydrater.

Durant cette première journée, nous en avons pris plein les yeux, châteaux de falaise, maisons troglodytes, pigeonniers, falaise calcaire et vieux moulins, les paysages du Quercy sont variés et exceptionnels.

DescenteDuLOT(2)_2012DescenteDuLOT(3)_2012

Après la quatrième écluse, c’est à St-Cirq-Lapopie que nous déjeunons, apéro, vin et café, rien n’a été oublié. Nous repartons ramer et après la dixième écluse nous arrivons à Vers où nous aurons la surprise de découvrir un « gloubi boulga » de bonbons fondus dans leur boite Tupperware dans le coffre de la voiture restée au soleil toute la journée. Qui a dit qu’il a fait chaud ?

 

Nous avons passé la soirée au restaurant de l’hôtel La Chartreuse où un repas de qualité en conformité avec la gastronomie locale nous a été servi et au cours duquel des petits cadeaux ont été offerts pour les randonneurs (notamment de quoi s’hydrater … avec modération !).

DescenteDuLOT(4)_2012Dimanche 24 juin, il fait encore plus chaud que la veille, je prends la barre du bateau, ce qui nous vaudra d’être stoppés net par une souche d’arbre … j’avais bien vu sa petite sœur à côté mais c’est la grosse que j’ai manquée, c’est ballot. Cinq écluses à passer pour arriver à Cahors où nous terminons la randonnée en apothéose devant le pont de Valentré.

Nous  démontons et lavons ensuite les bateaux avant de prendre une douche bien méritée au club cadurcien. Toujours une organisation impeccable !

Pour conclure, je reprendrai les mots de Bruno : l’organisation a été de bon niveau quand on voit le nombre d'écluses à passer et l’absence d'incident durant les deux jours, l’accueil fut chaleureux et le niveau de difficulté de cette randonnée était cohérent avec la maîtrise des rameuses et rameurs engagés. Certains d’entre nous connaissaient déjà la région, mais vue depuis le Lot et à vitesse d'aviron, la perspective n'en est que meilleure. A refaire.

Servane, Bruno, Flo, Christophe, Eric

 

 

 

Informations supplémentaires