La Descente du Cher 2011

Image1

4ème randonnée de la saison pour la SNHS qui s’inscrit dans le challenge du circuit rando’EDF (ce challenge récompense le club dont la totalité des rameurs a parcouru le plus grand nombre de km sur les manifestations du circuit, et tout club ayant parcouru plus de 1000 km, et représenté sur minimum 4 randonnées).

Il existe 10 commandements pour les randonneurs.Le 1er commandement du randonneur est « … être amoureux de la nature… ». Les 4ème et 7ème commandements reflètent bien notre équipage « … pas d’adversaire, mais des amis… ». Et enfin le 9ème c’est « … parler des randonnées… ».

C’est donc bien volontiers que Céline, Florence, Solène, Etienne, Jean Dominique et moi-même nous vous livrons nos impressions sur « La Descente du Cher ».

Départ le vendredi 09 septembre vers 20h00 en direction d’Amboise, lieu d’hébergement des randonneurs, non loin du château.

Image2

Antony du COTS Aviron nous attend, il est un peu plus de 23h30, il nous accueille et nous donne les dernières instructions (lever 7h30 dur pour Etienne!).
Nous sommes 5 rameurs et Jean Dominique (dit « tonton ») qui nous rejoindra, et suivra la rando en vélo par le chemin de halage.

 

Samedi 10 septembre, la journée s’annonce très ensoleillée. Le rendez-vousImage3 est à Larçay pour une mise à l’eau prévue vers 8h30, 35 km de rando, 5 écluses à passer.


Cette randonnée est réservée aux rameurs confirmés, car le passage des écluses est délicat : l’étroitesse oblige à rentrer les pelles le long de la coque du bateau, ce qui n’assure pas la stabilité de la yolette qui peut chavirer à tout moment.
Peu rassurés dans cet enchevêtrement de pelles, de portants…, des rameurs nous expliquent qu’ils ont chaviré l’année passée, entraînant 2 autres yolettes !

Une pause pique-nique, et nous repartons.Image4

Image5

 

Jean-Dominique nous suit, et nous attend souvent au bord de la rive.

 

La rivière est lascive, elle coule paisiblement entre ses deux rives, nous ramons sur sa partie canalisée. Un vrai moment de détente carImage6 nous n’avons jamais été ennuyés par de quelconques embarcations rapides, ce qui change de la Seine et de son défilé de péniches.

Le paysage est grandiose : châteaux, gentilhommières, manoirs, moulins, des écluses manuelles, des barrages à aiguilles, et parfois un environnement resté sauvage en dépit du tourisme. Nous essayons de tout voir.

Image8Image9Quelques kms, puis au détour d’un méandre, apparaît le château de Chenonceau, majestueux, romantique.
Il se dresse au-dessus du Cher, il nous invite à passer sous ses arches, nous sommes transportés, nous nous surprenons à rêver à Diane de Poitiers,… Ce moment est inoubliable, le summum du privilège pour certains.

Puis, c'est le retour au club de Bléré d'où nous repartirons le lendemain matin, les yolettes y sont entreposées.

La journée se termine par un repas convivial accompagné d'une ambiance musicale.

Image10Dimanche 11 septembre, le réveil est difficile pour certains, la journée s’annonce pluvieuse : nous serons servis tout au long des 18 km, la pluie n’a guère cessée, et s’est même intensifiée dans la matinée.
4 écluses à passer avant d’arriver à Larçay, nous sommes trempés. L’attente dans les écluses est assez éprouvante tant nous grelottons. Mais, nous gardons le moral et nous nous encourageons !
Image11Enfin, nous arrivons, le ciel s’est éclairci.
Les organisateurs du COTS nous aident à débarquer, ils sont dans l’eau au niveau de la taille, c’est certainement difficile pour eux aussi. Ils prennent tout en charge.

Du début à la fin de ce week-end de rando, tout nous est facilité : assistance pour embarquer, débarquer, porter les bateaux, minibus pour les déplacements, transport de nos bagages… une organisation parfaite, une équipe heureuse de nous recevoir et qui s’excuserait même du mauvais temps !

La randonnée se termine par un barbecue sous le chapiteau du COTS, ce repas champêtre est accompagné là aussi d'une ambiance musicale. La pluie a repris de plus belle. Mais, nous sommes à l'abri!

Quelques anecdotes ont ponctuées notre week-end :
Une yolette qui mord à l’hameçon d’une ligne de pêcheur, et le pêcheur qui veut « casser la …. » aux rameurs !
Les rameurs qui sont nourris aux bananes dans les écluses comme les singes dans les zoos !
Un rameur très bougon ignorant totalement les autres équipages et qui veut mettre sa yolette à l’eau coûte que coûtebien qu’il soit seul, bloquant ainsi tous les autres randonneurs !Et bien d’autres encore…

Entente, ambiance conviviale, séances de rires, voilà pour notre petit groupe.Image12

Un tonton aux petits soins pour nous…et que nous remercions.

Image13

« Que du bonheur !» dirait une rameuse.

Image14

« A quand remettons çà ? » dirait une autre.

Nous espérons tout simplement par ce partage, vous avoir donné envie de participer aux randonnées.

Informations supplémentaires